Iapetus, lune de Saturne

Présentation du phénomène Iapetus (un peu d’astronomie) :

Iapetus (ou Japet) est le troisième satellite de Saturne par la taille. Iapetus est sur une orbite synchrone à 3 561 300 km de Saturne, inclinée à 14,72° par rapport à l’écliptique mais légèrement inclinée sur le plan dans lequel se trouvent les anneaux et la plupart des autres satellites. Sa période orbitale, égale à sa rotation, s’effectue en 79,3301825 jours terrestres. L’excentricité de son orbite est de 0,02828. D’un diamètre de 1 436 km, il possède une masse estimée à 1,88.1021 kg. Il est sensiblement plus gros que Téthys et Dioné. Il n’est pas loin d’égaler Rhéa mais avec un aspect totalement différent. Sa densité de 1,1 suggère un peu de roches et une grande partie de glace d’eau avec du méthane ou de l’ammoniaque à l’intérieur. Aucune atmosphère, ni champ magnétique n’ont été détectés.
Quand Jean Dominique Cassini a découvert pour la première fois Iapetus, à l’aide d’un télescope en 1671, il écrivit qu’il ne pouvait voir qu’un côté (le côté brillant) et pas l’autre. Quant à la sonde Voyager 2, elle l’a survolé à 966 000 km le 22 août 1981, nous révélant une face très brillante, pouvant être de la glace et très cratérisée, tandis que l’autre est très sombre. Ce survol de Voyager 2 a permis de voir Iapetus avec une résolution de 20 km.

iapetus2 iapetus3

Seul satellite à avoir une variation de brillance dans un rapport de 6 au cours de ses révolutions autour de Saturne, il intrigue les astronomes. La région sombre et lisse est dénommée Cassini Regio. Peu de cratères y ont été découverts. Les astronomes croient que la matière sombre qui recouvre cette région est renouvelée continuellement, faisant disparaître ainsi chaque nouveau cratère. A l’opposé se trouve Roncevaux Terra. Cette région est couverte de centaines de cratères. Le plus large de ces cratères, Roland, mesure 144 km de diamètre. Le second cratère de cette zone, Marsilion, mesure 136 km de diamètre.

iapetus5 iapetus6

Qu’il y a-t-il à l’intérieur de cette noix ?

Outre ses deux faces complètement différentes, l’une presque sans cratères et l’autre presque entièrement couverte, le plus troublant est sans aucun doute la forme particulière de ce satellite en forme de coquille de noix. Sur plusieurs clichés pris de Iapetus par la sonde Cassini Huygens, la lune de Saturne apparaît plutôt comme un « sphéroïde », dont la forme de base est un tétraèdre.

Une crête haute de 20 kilomètres à son plus sommet parcours l’astre sur la totalité de l’équateur finissant ainsi la ressemblance avec une noix. Du jamais vu sur aucun astre observé jusqu’à maintenant, comme ci les deux coquilles vides avaient été soudées ensemble pour rendre la sphère solide.

Le plus fort est sans aucun doute la ressemblance frappante avec l’étoile noire des films Star Wars. Si les producteurs de la série avaient voulu le faire exprès, il aurait d’abord fallu qu’à l’époque du film, on ait des photos de l’astre en question. Mais plus remarquable encore est la ressemblance avec les sphères miniatures d’Afrique du Sud dont on ne connaît pas l’origine ni encore moins la matière, plus solide que l’acier, ni l’époque puisqu’elles ont été trouvées dans une roche sédimentaire qui s’est formée il y a environ 2.8 milliards d’années !

Conclusion : soit le hasard fait bien les choses, soit la vérité est ailleurs©…

La preuve par l’image

L’étoile noire de StarWars, Iapétus, sphère d’Afrique de près de 3 milliards d’années…

iapetus7

 

Sur ces deux images, les sphères d’Afrique du Sud…

shere3 shere2