La pile de bagdad

Encore un objet qui ne devrait pas exister…
Dans les années 1930, un archéologue autrichien du nom de Wilhelm König découvre dans les sous-sols du musée de Bagdad une étrange poterie de 15 cm de haut pour un diamètre d’environ 7,5 cm. Cette poterie aurait au moins 2000 ans. Plusieurs ont été découvertes dans les ruines de Khujut Rabu près de Bagdad et dix autres à Ctésiphon.
Ce dispositif est fermé d’un bouchon en bitume. Sous le bouchon, est disposée une tige de fer, entourée d’un cylindre de cuivre. Ces deux éléments sont isolés à la base par un tampon de bitume. Le cylindre est soudé en son fond par un alliage de plomb et d’étain. Le seul élément manquant pour que cette pile antique fonctionne est un fil de masse relié au cylindre de cuivre et de l’acide pour la réaction. Une telle pile peut fonctionner avec du jus de fruit à la place de l’acide. Suivant les tests effectués, les chercheurs ont obtenu des tensions électriques de l’ordre de 1 volt.

pile2
La patine bleue retrouvée sur le cylindre de cuivre est caractéristique de la galvanoplastie à l’argent. On peut donc supposer que ces piles étaient utilisées pour plaquer des objets avec des métaux précieux. Cette hypothèse est conforme à la découverte de bijoux dorés par catalyse, des vases de cuivres plaqués argent vieux de plus de 2500 ans.

pile3pile1