Les pierres noires d’Ica

Des hommes combattant ou domestiquant des dinosaures, d’autres regardant les étoiles à l’aide de longues-vues, observant des fossiles avec des loupes, des cartes stellaires, des cartes de la Terre telle qu’elle était il y a 13 millions d’années, des opérations chirurgicales de pointe, telles sont les scènes représentées sur ces fameuses pierres- déclarées fausses bien sur dés le début, fabriquées par un paysan illettré péruvien( les crop-circles sont bien fabriqués par deux anglais morts depuis 10 ans !).

ica1 ica2

 

ica3 ica4

Géographie :

Ica est un petit village situé dans la cordière des Andes à environ 350 kilomètres de la capitale du pays. Il se trouve entre le « Chandelier des Andes » et les non moins fameuses lignes de Nazca. Il semble que des pierres noires gravées aient été ramenées en Espagne par les premiers conquistadors du Pérou au XVIe siècle, puis d’autres auraient émergé en 1908, puis de nouveau, quelques pierres auraient été vendues dès 1961.

ica8

Historique :

Les premières pierres sont rassemblées au début des années 60 par Carlos et Pablo Soldi. Pendant des années, ils demanderont officiellement à de nombreuses reprises que leur trouvaille soit examinée par les autorités scientifiques compétentes mais en vain…

Puis en 1966, un architecte, Santiago Agurto Calvo, qui avait également réuni de nombreuses pierres depuis plusieurs années, procéda à l’excavation de tombeaux à Ocucaje. Il trouva alors quelques spécimens dans des tombes pré incaïques.

C’était la première fois que la provenance de ces pierres pouvait être authentifiée, en accord avec l’archéologie officielle. Cela n’a pourtant pas suffit à intéresser les archéologues. L’histoire officielle des pierres d’Ica commence donc en 1966.

ica10 ica9

A l’occasion de son anniversaire, le Dr Javier Cabrera Darquea, professeur de biologie, se voit offrir, par le paysan cité plus haut, une petite pierre gravée comme presse papier, sur laquelle était gravé un poisson. Ce petit cadeau anodin allait modifier le cours de sa vie. Le biologiste croit reconnaître sur le dessin une espèce disparue depuis plusieurs millions d’années. Intrigué, il va alors devenir le premier client du soi-disant faussaire et commencer sa collection pour amasser jusqu’à plus de 15 000 pierres, de la taille d’une tomate jusqu’à certaines pesant plus de 500 kilogrammes pour plus d’un mètre trente de diamètre. Mais le Dr Cabrera ne peut pas acheter toutes les pierres, les huaqueros, pilleurs de tombes, commencent alors à vendre certains galets aux touristes toujours avides d’antiquités.
Les autorités péruviennes, ne voulant pas que leur pays ne devienne l’Egypte de l’Amérique du sud, arrêtent le plus gros vendeur dans son échoppe. Il est emmené et incarcéré à Lima pour pillage du patrimoine national et risque un grand nombre d’années de prison, voire la perpétuité. Le fermier, même s’il est illettré, comprend vite la situation : ou bien il révèle l’endroit où il a trouvé les pierres pour atténuer sa peine, ou bien il reconnaît qu’il les a lui-même fabriquées, auquel cas aucune charge ne peut être reconnue contre lui.
Evidemment il signe des aveux complets ; il a fabriqué toutes les pierres, elles sont fausses, il a trompé les touristes. L’affaire est entendue, tout le monde est satisfait, d’autant plus qu’au moment de cette affaire, la télévision anglaise avait dépêché une équipe de reporters. En l’espace de quelques jours, l’information fait le tour du monde, les pierres d’Ica ne sont qu’un canular de plus !

ica7 ica6

Un peu de technique maintenant :

Ces pierres sont en andésite, une roche volcanique du Mésozoïque vieille de 230 à 60 millions d’années, extrêmement dure et oxydée sur sa couche extérieure. Les incisions de la gravure sont elles aussi oxydées et ont été expertisées par un laboratoire péruvien puis allemand comme extrêmement anciennes. Il est à noter également qu’une datation exacte est impossible dans l’état actuel de nos connaissances, ce qui rend impossible la théorie du canular par un simple fermier. Le nombre total de pierres passées entre les mains du Dr Cabrera, outre sa collection personnelle de 15000 pierres est de 40000 à 50000. De plus ce docteur certifie que pendant la visite d’une grotte, il aurait pu observer dans celle-ci environ 100000 pierres stockées !